SCANDALEUX !!!

Cet article a été écrit à chaud !

Aujourd’hui (25/11/2016) est paru dans le journal 20min, l’article intitulé « Comment les astrologues tentent d’étouffer l’émergence d’un treizième signe du zodiaque« . J’y suis abondamment « cité », étant la caution « astrologue repenti » devenu sceptique de l’article : c’est la première fois que mes propos sont déformés et sortis de leur contexte de la sorte ! J’envisage à l’avenir ne plus accorder d’interview sans exiger d’avoir accès à l’INTEGRALITE du texte.

[EDIT : trois petits passages primordiaux pour moi ont été modifiés à ma demande (voir plus bas), ce en quoi je remercie le journaliste dont je parle ci-dessous. Il reste que je regrette d’avoir été mêlé à des attaques pour certaines discutables, pour d’autres si peu fines. On m’avait contacté sur le thème astronomie / astrologie, même si l’entretien a dérivé sur de nombreux autres thèmes.]

En effet, l’auteur de l’article m’a soumis les lignes suivantes (restes d’un entretien téléphonique), auxquelles j’ai donc donné mon accord. Elles sont bien loin de l’article paru ce jour, notamment de certains passages présentés entre guillemets : sur plusieurs points on me fait même dire le contraire de ce que je pense, au risque de nuire à ma crédibilité !

C’est une honte, un scandale !

Les lignes pour lesquelles j’avais donné mon accord :


[Début des lignes pour lesquelles j’avais donné mon accord]

Les astrologues ne sont pas tous d’accord sur la manière dont on repère un astre dans le ciel. Il existe plusieurs moyens mais aucun n’est plus vrai qu’un autre : sans volonté de prouver, les astrologues sont condamnés à des exemples qui se contredisent les uns les autres. Les astronomes utilisent des techniques scientifiques, alors que les astrologues se servent de symboles pour établir des interprétations.

Les astrologues utilisent l’argument de la tradition ou plutôt de l’ancienneté pour justifier l’interprétation par les douze signes. Mais ce choix est critiquable : cela n’existe que depuis un siècle (horoscopes) et les astrologues d’alors s’y sont opposés ! D’un point de vue astronomique, ça ne tient pas la route .

 L’astrologie n’est pas une science. Les astrologues ont leurs justifications mais elles sont très très fragiles : il n’y a pas de consensus et ils rejettent la causalité contrairement aux premiers astrologues.

Les constellations sont des produits culturels, il y  en a autant qu’on veut en réalité.

Le travail des astrologues consiste à justifier le pourquoi de leurs interprétations. C’est presque de la poésie.

Le jargon technique qu’ils utilisent est parfois source de confusion. Mais les astrologues ne sont pas des scientifiques car ils n’intègrent pas les questions de l’erreur et  du hasard.

Ajouter des facteurs ne donne pas plus de valeur aux prédictions astrologiques.

Le milieu astrologique est anarchique. Il n’y a ni porte-parole, ni syndicat, ni école [oubli de ma part : représentative de toutes les astrologies]. Il y a de nombreuses querelles de clochers, de courants. Tous argumentent dans une logique de tribunal sans que personne n’ait aucun moyen de trancher les débats. Les débats ne sont jamais rationnels au sens philosophique du terme.

Les rares qui adoptent aujourd’hui un treizième signe du zodiaque scient la branche sur laquelle ils sont assis.

Il n’y a pas de tradition astrologique, juste une ancienneté qu’ils utilisent comme un argument d’autorité pour dire des choses différentes.

Bien sûr que vous pouvez créer une nouvelle école d’astrologie qui intégrerait le Serpentaire (ou la Tortue !). Mais plus qu’une motivation commerciale, il faut être armé d’une croyance. Les gens réagissent surtout au charisme de l’astrologue. Ça se joue là.

[Fin des lignes pour lesquelles j’avais donné mon accord]


La question du Serpentaire (la 13e constellation) est un bien complexe qu’il n’y paraît, comme je l’explique déjà ici (à partir de 43min38sec). J’ai seulement dit que les astrologues qui souhaitent l’intégrer scient la branche sur laquelle ils sont assis. Que lit-on dans l’article ? Qu’il y aurait un consensus dans le milieu astrologique selon lequel adopter un 13e signe du zodiaque ce serait scier la branche sur laquelle on est assis [Edit : le passage a été modifié à me demande]. Mais non ! La question ne se pose même pas, ce serait une conséquence logique mais la situation n’est même pas envisageable par les astrologues de l’astrologie tropique. Pour quelles raisons ?

L’astrologie s’est installée dans ses 12 signes depuis près de 2000 ans (Ptolémée et après) en toute connaissance de cause de la précession des équinoxes. Il n’y a donc jamais eu d’oubli à ce propos.

Ensuite, le Serpentaire est une constellation Grecque qui, jusqu’à preuve du contraire, a été ajoutée au zodiaque des signes, dont l’origine est en Mésopotamie. La conjonction de deux cieux différents est plus probablement à l’origine du problème.

Ensuite, les astrologues sidéralistes n’utilisent pas 80 constellations ! Je n’aurais jamais laissé écrire une bêtise pareille ! [Edit : le passage a été modifié à me demande] J’expliquais au contraire que j’ai vu les astrologues, qui utilisent des constellations, utiliser en fait 13 signes astrologiques et non 13 constellations : le nombre correspond à celui de la critique mais ce ne sont plus des constellations.

J’ai précisé aussi que la Lune passe chaque mois dans la constellation d’Orion : est-ce une quatorzième constellations ? A-t-elle été oubliée par les critiques habituelles ou le problème est-il plus complexe ?!

En fait les signes ou les constellations sont d’abord des produits purement culturels, ils ne sont ensuite que des systèmes de repérages sur un ciel modélisé comme une sphère. A partir de là ils ne sont pas plus vrai ou faux les uns que les autres car ce sont des produits purement théoriques. Une constellation n’est pas un objet, ce n’est pas un groupe d’étoile, c’est uniquement une zone géométrique du ciel.

Ce qui est faux avec les signes astrologiques ET avec les constellations c’est de dire que l’on peut en tirer des interprétations astrologiques ! Non, ceci relève de la croyance des astrologues mais aucun calcul astronomique n’implique quoi que ce soit en interprétation astrologique. Les astrologues ne sont pas d’accord entre eux sur les interprétations à retenir / privilégier / rejeter et l’utilisation des symbolismes astrologiques amène à des biais dont les astrologues ne savent pas tirer les conséquences. Ils sont incapables de déterminer quand ils se trompent ou non. La question de l’erreur n’est pas traitée dans le milieu astrologique.

Toutes les expérimentations validées ou reproduites infirment aussi ce postulat : lorsqu’on teste l’astrologie, les interprétations ça ne marche pas. Et cela ne vient pas du choix des signes ou des constellations.

Serge Bret-Morel

Pour en savoir plus : « Astrologie : la fin des mystères » disponible

Publicités