« Il me semble que l’astrologie a de moins en moins de détracteurs » (janvier 2019 !)

« Il me semble que l’astrologie a de moins en moins de détracteurs » (!)
Vidéo de 2 minutes ici :
Voilà où on en est sur Canalplus le 7 janvier 2020 dans l’émission incompréhensiblement intitulée « l’info du vrai » et voilà pourquoi j’ai besoin de vous pour diffuser ce message.
Un peu comme pour les vaccins,

la question de l’astrologie est réglée mais on a oublié pourquoi : c’est normal, il faut rappeler les choses à chaque génération.

Pour réagir maintenant sur le contenu de l’extrait vidéo de ci-dessus : non, les hommes n’ont pas comme but de donner n’importe quel sens à leur vie, celui par les astres a été déjà bien décortiqué et il existe plusieurs explications alternatives aux réussites pratiques.
Oui il y a moins de détracteurs de l’astrologie DANS LES REVUES SCIENTIFIQUES parce que le sujet est réglé et qu’on SAIT pourquoi les gens y croient. Ce n’est pas parce que l’astrologie serait moins controversée.
Non plus, le numéro de Sciences et Avenir de l’été 2015 n’est pas la dernière production critique sur l’astrologie mais il serait bien que chacun se mettre à jour.
Rien que sur les horoscopes, on a montré que l’astrologue était optionnel, quand même :
Tout est expliqué sur cette page : https://astroscept.com/horoscopes/
Sinon, l’effet Barnum est peut-être ce qui a permis à des escrocs (même pas astrologues) de diffuser les horoscopes des 12 signes (années 30) en tant que technique d’amorçage pour soutirer de l’argent à des milliers de personnes (2 procès à la clé) :
De plus, il n’y a plus de détracteurs de l’astrologie DANS LES MEDIAS pour au moins deux simples raisons : on invite rarement un astrologue ET un sceptique à la fois (un universitaire n’a pas nécessairement les compétences d’un sceptique) et nous sommes très peu nombreux à avoir les compétences techniques pour répondre clairement à un astrologue.
Je suis un ex-tenant de l’astrologie qui, devenu sceptique, travaille depuis plusieurs années à appliquer les outils de l’esprit critique et de la zététique à déconstruire l’astrologie de l’intérieur, avec certaines compétences que les astrologues eux-mêmes n’ont pas.
Parlons histoire et origine des techniques astrologiques, de l’origine des horoscopes de presse, des succès de la pratique gênants même pour les astrologues, du ciel des astronomes et de celui des astrologues (qui n’est PAS le ciel réel), des astres qui n’en sont pas, des erreurs de repérages dont ils sont victimes sans s’en rendre compte, de la démarche sceptique, de la démarche scientifique, du hasard ou des nombreuses expérimentations qui ont échoué sans que les astrologues puissent expliquer pourquoi.
Il y a beaucoup à dire et c’est passionnant de déconstruire les rouages dont les astrologues n’ont pas conscience, condamnés par une approche croyante. Pour cela, il n’y a plus besoin d’être dans l’agression, dans l’hystérie, dans le combat de rue comme ça a pu être le cas il y a 20 ou 30 ans. Vous aurez de nombreux exemples ici :
Aujourd’hui, les choses sont plus claires et l’astrologie est un sujet tellement technique qu’aucun « spécialiste des religions » et rarement un astronome, n’est vraiment capable de répondre à un astrologue car l’astrologie est transdisciplinaire mais avant tout technique. Ce pourquoi la pauvreté des réactions du pauvre intervenant qui faisait face à Christine Haas et qui ne voit pas ou ne sait pas comment répondre à ses énormes contre-vérités (la référence à la NASA, par exemple, dont elle est habituée et que j’ai dénoncée ici
Sinon, si l’astrologie n’est pas étudiée par « les sciences des religions », elle peut l’être en histoire des sciences ou en histoire de l’ésotérisme, qui sont des disciplines bien actives. L’astrologie n’a pas été mise de côté « avec les sujets apparentés » seulement pour « raisons familiales » mais parce que ces sujets ont été étudiés, ré-étudiés et qu’on en a démonté les ressorts. Ils sont contre-intuitifs, ce pourquoi les astrologues ne les comprennent pas, ce pourquoi aussi ils ne tiennent pas compte des analyses critiques qui les concernent pourtant.
La question de l’erreur en astrologie est mon thème de recherche et il est passionnant d’interroger cette croyance et les astrologues sur une démarche qu’ils n’ont pas, contrairement à toutes les connaissances contemporaines : quelles sont les erreurs inhérentes à leurs pratiques et
1 pourquoi ne sont-elles listées nulle part ailleurs que chez les sceptiques et les scientifiques ?
2 pourquoi ne sont-elles pas enseignées dans les écoles d’astrologie ?
3 pourquoi ne sont-elles pas étudiées par les théoriciens de l’astrologie comme je le fais ?
La croyance astrologique intéresse les universitaires mais au point d’espérer un financement par une commission de thèse : j’en suis à 12 propositions de doctorat… sans financement. Toute proposition est bienvenue (plutôt en histoire et philosophie des sciences) ! Mon parcours est tellement atypique qu’il ne rentre pas dans les cases académiques.
Mon travail est novateur et ce pourquoi je suis sorti de ma croyance en l’astrologie. Il n’est pas suffisant de vouloir absolument inviter un universitaire face à un astrologue qui, lui ou elle, ne l’est pas. Invitez plutôt un ex-astrologue qui pourra expliquer, à armes égales avec le praticien, le pourquoi du comment des séductions que propose l’astrologie.
Ne vous laissez pas berner par l’apparente sérénité de praticiens qui refusent de se poser les questions adultes que leur discipline devrait se poser.
Serge Bret-Morel
Sur Youtube mes nombreuses interventions et chroniques radios :
Avec Méta de Choc, nos passionnants entretiens sur le « pourquoi on croit en l’astrologie alors qu’elle est fausse » :
L’émission de Canal+ (en replay jusqu’au 6 février) :