Dans Ciel & Espace 560 : les grands écarts de l’astrologie marsienne

Mon premier horoscope (sceptique) paraît dans le Ciel & Espace (numéro 560) de cet été !
La rédaction se délocalise en effet sur la planète rouge pour vous décrire les conditions de vie sur place. Vous aurez ainsi accès au premier horoscope établi depuis Mars (soit pour le 6 juillet 2218) et… la critique qui en découle, mince alors ! L’astrologie terrienne est-elle vraiment exportable sur Mars ? Un sceptique (que je connais) s’exprime sur le sujet et rappelle comment, en astronomie, nos évidence terriennes passent leur temps à voler en éclat dès lors qu’on s’éloigne de la planète bleue…
Pour l’astrologie, le fait que Mars ne soit plus dans le ciel annonce-t-il une nation pacifique ?
Ce serait sans compter les symbolismes (peur panique & terreur) des petites lunes de Mars…
De plus, la Terre devient mobile dans le ciel marsien (avec de belles conjonctions Mercure / Vénus / Terre renouvelant un vrai problème physique déjà présent vu d’ici)
Qu’est-ce qu’une année de douze mois (« donc » douze signes astrologiques) sans lune qui présente ses phases en presque un douzième de l’année ?
Etc.
—-
Version papier en kiosque à partir du 13 juillet, version numérique à commander ici (N°560) :

Lire la suite

Publicités

Théorie, pratique et erreurs en astrologie (que répondre au « ça marche » ?)

Cette page fait partie de la catégorie « Extraits » qui, comme son nom l’indique, donne accès à du contenu de mon ouvrage paru en mars 2016. En vous souhaitant bonne lecture.

Les débats sur l’astrologie se terminent trop souvent (ou trop vite) en pugilats et, paradoxalement, les acteurs des débats peuvent garder le sentiment [quel que soit leur parti] que leurs contradicteurs sont de mauvaise foi : les évidences des uns se heurtent brutalement aux évidences des autres. Est-il vraiment impossible de dépasser cet état de fait ? Qu’est-ce que l’astrologue entend vraiment par « ça marche ! » ? Quelles réponses / questionnements (ou « alternatives fécondes » peut-on lui proposer en retour ? Lire la suite

Publication : l’origine des horoscopes de presse dans la revue Le Québec Sceptique

J’ai répondu à l’aimable invitation des Sceptiques du Québec en adaptant une partie du contenu du chapitre 2 de mon ouvrage « Astrologie : la fin des mystères (tome 1 : le fil vert) » pour le n°91 de la revue Le Québec sceptique.

Le numéro est disponible à l’achat à partir du 15 décembre 2016.

Dans ce dossier, je décris les circonstances et le contexte d’apparition des horoscopes de presse dans l’Angleterre des années 30. Plus précisément,

Lire la suite

Quelques confusions condamnant au dialogue de sourds (1) : la critique est-elle impossible ?

Qui n’a jamais tenté d’entrer dans le détail DES théories astrologiques peut croire qu’il est aisé de formuler des analyses critiques qui concerneraient tous les astrologues. C’est bien mal connaître tant les acteurs du milieu astrologique que la variété des courants qu’on peut y rencontrer.

Faut-il faire le deuil d’une critique rapide et dirimante de l’astrologie ? En effet,

  • Tous les astrologues n’utilisent pas les signes astrologiques,
  • Tous les astrologues ne considèrent pas que l’astrologie est une science,

Lire la suite

Questions posées dans le livre « Astrologie : la fin des mystères »

En tant qu’ex-astrologue devenu sceptique, titulaire aussi d’un master en histoire et philosophie des sciences, il m’est possible d’entrer plus dans le détail des problématiques (techniques, astronomiques, historiques, philosophiques, pratiques) et, surtout, de le faire sans volonté d’agresser le croyant. Ce qui m’intéresse ? La question de l’erreur en astrologie : peut-on rendre compte des différentes formes qu’elle prend en intégrant notamment la question des biais ? Peut-on la modéliser et rendre compte de cette manière de sa capacité à traverser les siècles et de sa persistance en ce début de XXIe siècle ? Je le pense.
Cette approche épistémologique intégrant la question technique (donc plus complète) oblige à modifier certains angles d’analyse, par exemple celui de la complexité. Contrairement à ce que m’a écrit récemment une astrologue, il n’y a pas besoin d’être stupide pour se tromper, c’est au contraire là que cela devient intéressant : comment peut-on se tromper tout en étant sincère et vigilant à la fois ?

Dans ce livre, je m’attaque donc à de nombreuses questions et « de l’intérieur », puisque j’ai pratiqué. Parmi celles-ci :
– Comment peut-on « sortir » de l’astrologie et devenir sceptique ?
– Dans quelles circonstances surprenantes (mais pas du tout mystérieuses) l’astrologie (puis les horoscopes) a-t-elle intégré la presse dans l’Angleterre des années 30 (80 ans seulement) ?

Lire la suite

Des pages, des disques et des courts-métrages : la naissance des horoscopes de presse (3e partie / 7) !

La première partie de ce dossier comptant la naissance des horoscopes de presse nous a permis de décrire comment la naissance d’un Royal Baby, la princesse Margaret (petite sœur d’Elizabeth II, encore reine d’Angleterre) a été l’occasion de l’entrée de l’astrologie dans la presse à grand tirage. La seconde partie a décrit comment un concours de circonstances, autour du crash du dirigeable britannique R101, a fait la célébrité soudaine de l’astrologue Naylor. Comment, aussi, il a provoqué la création de la première rubrique astrologique hebdomadaire dans une revue non astrologique. Mais l’horoscope de presse dans sa forme actuelle n’était pas encore là.

La grande notoriété de Naylor

Avec internet, aujourd’hui omniprésent, nous sommes habitués aux multiples supports de diffusion de l’information, qu’ils soient écrits, audio ou vidéo. Ce n’est évidemment pas le cas au début des années 30. Enfin… est-ce bien certain ? Comment Naylor va-t-il diffuser ses textes astrologiques ? Nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

01 Chap02 18

Naylor publiera des prédictions annuelles jusqu’à sa mort, en 1952

Il commencera, certes, par publier des prédictions annuelles ainsi que des livres très ciblés décrivant comment l’astrologie révèlerait, au choix (!) « quel type de femme constitue la meilleure épouse », « quel type d’homme fait le meilleur mari » ou même « comment les étoiles peuvent vous guider vers les meilleures professions ». Mais, contrairement à ce que l’on pourrait attendre, Naylor va diffuser ses textes sur des supports bien différents.

Une petite recherche chez les collectionneurs de… disques vinyles, permet en effet de mettre à jour l’existence de 78 tours astrologiques datant de 1933 ! Sur cet ancêtre du CD et des vinyles 45 et 33 tours, on peut lire les deux faces qui, pour des durées de 5 à 7 minutes environ, permettent d’entendre la voix (fluette et plutôt soporifique) de Naylor !

Les recto et verso d’une pochette de disque.

Les recto et verso d’une pochette de disque.

Lire la suite

Une princesse, un crash, des morts : la naissance des horoscopes de presse (1e partie / 7) !

Comment les horoscopes, ces objets très improbables, sont-il apparus ? Quand ont-ils intégré la presse ? Il y a 80 ans, ils se répandent dans la presse populaire anglaise puis vont faire le tour de la planète. En quelques années, des millions de personnes découvrent qu’elles ont un signe astrologique et, en retour, l’astrologie va être profondément influencée. Tout juste après le krach boursier de 1929 et durant la montée inexorable du fascisme, les temps étaient-ils propices aux prédictions astrologiques ? Les horoscopes de presse étaient-ils meilleurs que ceux d’aujourd’hui ? Ont-ils annoncé la guerre mondiale imminente ? Replongeons-nous dans cette série d’événements surprenants mais, surtout, oubliés des astrologues eux-mêmes !

Un événement très attendu

Tout commence à l’été 1930 avec la frénésie précédant… la naissance d’un Royal Baby. Tous les journaux attendent cet événement synonyme pour eux de très fort tirage. Mais le contexte socioéconomique accentue la portée de l’événement. Neuf mois seulement après le grand krach boursier, cette naissance royale est aussi l’opportunité d’une véritable bonne nouvelle dans une période si noire.

Le rédacteur en chef du tabloïd Sunday Express, bien conscient de ces enjeux, doit aussi traiter l’événement sous un angle original. En effet, la princesse Margaret, petite sœur de la future reine Elizabeth II, a la mauvaise idée de naître le 21 août (un jeudi soir) alors que son journal ne parait que le dimanche : la naissance aura déjà fait deux fois les gros titres du matin !

Pourquoi ne pas proposer des prédictions sur l’avenir de la princesse ? Il contacte alors Cheiro, astrologue des stars et des puissants. Indisponible, son assistant Richard Harold Naylor saisit l’occasion, bien loin d’imaginer l’ampleur des événements à venir. Première surprise : l’astrologie n’a pas intégré la presse parce qu’elle se serait illustrée par ses réussites mais seulement pour susciter la curiosité.

Sunday Express, 24 août 1930

Sunday Express, 24 août 1930

Lire la suite