Des idées nouvelles

<<< Précédent : Sommaire général                        Suivant : Des illustrations parlantes >>>

.Cette page donne un avant-goût de quelques unes des nombreuses problématiques abordées dans ce travail.

La question astronomique

Il n’est pas possible de parler astrologie sans parler astronomie, ce pourquoi j’accorderai énormément d’importance aux questions techniques en amont de ces réflexions nouvelles.
L’interprétation astrologique se formule à partir de données techniques dont certaines relèvent de l’astronomie, mais pas toutes non plus.

Ma formation en histoire et philosophie des sciences me permettra aussi de renouveler la question de la naissance du zodiaque, donc de remonter aux origines de l’astronomie. L’astronomie mésopotamienne est très méconnue mais surprenante car bien différente de celle qui lui succède, l’astronomie grecque, dont l’astrologie contemporaine est plus directement issue. On trouvera quelques illustrations sur la page suivante.
Les origines techniques de l’astrologie renvoient à l’astronomie mésopotamienne, donc à une discipline préscientifique qui relève du travail des historiens plus que des scientifiques. Je rendrai compte de façon nouvelle de certaines limites du système astrologique.

Quelle est la nature du système astrologique ?

Voilà une autre question que j’aborderai longuement car toute la pratique de l’astrologie s’appuie dessus. J’interrogerai d’abord la nature des « astres » et autres paramètres de l’astrologie en remarquant notamment que certains, encore utilisés par des astrologues, n’existent pas ou… « n’existent plus ». Je décrirai alors les contextes historiques de leurs créations.
On verra aussi comment, sur la voûte céleste, sont repérés les « astres » de l’astrologie traditionnelle, ce qui permettra d’évoquer quelques controverses existant dans le milieu astrologique lui-même et d’interroger la nature réelle de ces « astres ».

Quelle est l’organisation du milieu astrologique ?

Le système astrologique qu’utilisent les astrologues dans le cadre de leur pratique quotidienne est très complexe, voire trompeur. On s’interrogera donc sur le milieu astrologique afin de voir comment il s’organise, ou pas, pour gérer la question de la complexité.

Les débats autour de l’astrologie

Bien des arguments des deux camps sont redondants, or il y a certaines erreurs à ne pas commettre, sous peine de ne pas saisir tous les enjeux des débats.

Christophe Michel, membre de l’Observatoire Zététique et vidéaste de la chaîne Hygiène Mentale, a produit une vidéo (mai 2017) à partir d’une (petite) partie de mon ouvrage.

Or, si le sceptique devrait en théorie tenir compte de la pratique au quotidien des astrologues (comme je le ferai), l’astrologue devrait lui aussi tenir compte de certaines questions posées légitimement par la critique. En effet, toutes ne sont pas à rejeter. Confrontée à une complexité plus grande encore, celle des lois naturelles, la science a, par exemple, développé de nombreuses méthodes pour ne pas être submergée. Quelles critiques sont hors-sujets, lesquelles ne le sont pas ?

Complexité et brainstorming

.

01 Superthème Serge(illustration inspirée du travail de Patrice Guinard)

(J’ai présenté récemment cette figure lors d’une conférence pour les Sceptiques in the Pub de Bruxelles : c’est à partir de la 47ème minute).

Si les astrologues utilisaient en même temps tous les « outils » astrologiques à leur disposition (en théorie ils se valent à peu près tous même s’ils sont hiérarchisés), voici les cartes astrologiques qu’ils devraient gérer. Remarque : ils devraient même se référer à plusieurs cartes ! Techniquement parlant, il n’est donc pas du tout évident de considérer que l’astrologue « synthétise » à partir de ses configurations astrologiques. De plus, les choix varient toujours d’un astrologue à l’autre à partir d’une même carte astrologique.
Parce que les configurations sont trop nombreuses, il est plus naturel de considérer que l’astrologue est contraint de choisir (parmi toutes) celles qu’il va retenir pour son interprétation. Je pourrai donc poser la question de la complexité en astrologie et les raisons pour lesquelles l’astrologue n’a pas conscience des pièges que lui tend en permanence un outil d’interprétation très complexe. On comprendra que toutes les critiques de l’astrologie partant du principe qu’elle est techniquement simpliste et stéréotypée (en fait, à l’image des horoscopes de presse) passent à côté de l’essentiel en invoquant l’évidence. Elles devraient d’ailleurs toutes aboutir à la conclusion que l’astrologie ne peut pas avoir traversé les siècles de la sorte tout en convaincant parfois quelques grands esprits.

Pour ma part, je pourrai en rendre compte en posant des questions nouvelles :
– Quels biais pratiques sont provoqués par la complexité du système ?
– Comment l’outil astrologique peut-il tromper son propre utilisateur astrologue ?
– Les probabilités n’étant jamais utilisées en astrologie, peut-on y introduire maintenant la question du hasard trompeur (que ne connaissaient pas les grands esprits en question) ?

– Mais les fondements traditionnels de l’astrologie ne prenant pas en compte ce genre de questionnements, la pratique y est-elle vraiment liée ???
– Finalement, du point de vue de l’astrologue, la dimension métaphysique de l’astrologie est-elle vraiment nécessaire ?
– L’astrologue est-il médiateur des astres ou bien auteur responsable de l’intégralité de ses interprétations toujours originales car empruntes de créativité ?

Des questionnements vraiment nouveaux seront donc posés aux astrologues sans nier le fait qu’au quotidien l’astrologie « ça marche ! ». Sans nier non plus qu’au test scientifique, l’astrologie ça ne marche pas en général. Tout dépend donc ce que l’on entend par « ça marche ! » et pourquoi, aussi, l’astrologie a l’air de « marcher » seulement si l’astrologue est en contact avec son client. Ces questionnements seront développés dans mon fil rouge. Contrairement aux apparences, plutôt que de remettre en question les critiques traditionnelles, ils permettent un nouvel éclairage sur les mécanismes en jeu dans l’adhésion (clignotante) à l’astrologie. Il y aura donc une mise en perspective de la portée de la critique traditionnelle parce que je la compléterai de façon importante. Les astrologues pourront aussi porter un autre regard sur leur pratique au quotidien et « ce qui marche » ou pas, la question de la responsabilité de chacun pourra alors être mieux formulée. Entre mathématiques, biais cognitifs et introspection, il y a peut-être là un pont à établir entre les acteurs des débats sur l’astrologie qui, jusque-là, ne réussissaient pas du tout à s’entendre.

————————————————

Avec le temps et l’évolution de l’informatique, mon travail est devenu plus visuel, rendant plus accessibles certaines problématiques purement techniques. Voyons cela en image sur la page suivante.

Commander en cliquant ici

<<< Précédent : Sommaire général                          Suivant : Des illustrations parlantes >>>

Publicités