3 nov 2018 aux Rencontres de Ciel & Espace

J’interviendrai en fin de journée le samedi 3 novembre prochain à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris, à l’occasion des Rencontres de Ciel & Espace (cliquez ici).

Le thème qui a été retenu est le suivant : Pourquoi l’astrologie traverse-t-elle le temps ?

On a l’habitude de justifier la longévité de l’astrologie en listant les motivations de ceux qui la pratiquent et y croient (peur du lendemain, manque de culture scientifique, contextes sociaux, options métaphysiques voisines, etc.). Mais on évoque beaucoup moins les raisons qui pérennisent, au quotidien, la croyance en l’astrologie. Notre cerveau étant victime de nombreux biais cognitifs, Lire la suite

Publicités

Dans Ciel & Espace 560 : les grands écarts de l’astrologie marsienne

Mon premier horoscope (sceptique) paraît dans le Ciel & Espace (numéro 560) de cet été !
La rédaction se délocalise en effet sur la planète rouge pour vous décrire les conditions de vie sur place. Vous aurez ainsi accès au premier horoscope établi depuis Mars (soit pour le 6 juillet 2218) et… la critique qui en découle, mince alors ! L’astrologie terrienne est-elle vraiment exportable sur Mars ? Un sceptique (que je connais) s’exprime sur le sujet et rappelle comment, en astronomie, nos évidence terriennes passent leur temps à voler en éclat dès lors qu’on s’éloigne de la planète bleue…
Pour l’astrologie, le fait que Mars ne soit plus dans le ciel annonce-t-il une nation pacifique ?
Ce serait sans compter les symbolismes (peur panique & terreur) des petites lunes de Mars…
De plus, la Terre devient mobile dans le ciel marsien (avec de belles conjonctions Mercure / Vénus / Terre renouvelant un vrai problème physique déjà présent vu d’ici)
Qu’est-ce qu’une année de douze mois (« donc » douze signes astrologiques) sans lune qui présente ses phases en presque un douzième de l’année ?
Etc.
—-
Version papier en kiosque à partir du 13 juillet, version numérique à commander ici (N°560) :

Lire la suite