Histoire : il y a tout juste 80 ans, le premier horoscope de presse

On pourrait croire que, comme l’astrologie dont elles proviennent, les prédictions horoscopiques signe par signe existent depuis la nuit des temps. Ce n’est pas du tout le cas. Il y a exactement 80 ans, l’astrologue Richard Harold Naylor (dont même les astrologues ont oublié le nom et, surtout, les publications) achève la mise en forme d’une rubrique nouvelle appelée au succès que l’on connait.

Ci-après : chronologie et conséquences

Lire la suite

Publicités

Une princesse, un crash, des morts : la naissance des horoscopes de presse (1e partie / 7) !

Comment les horoscopes, ces objets très improbables, sont-il apparus ? Quand ont-ils intégré la presse ? Il y a 80 ans, ils se répandent dans la presse populaire anglaise puis vont faire le tour de la planète. En quelques années, des millions de personnes découvrent qu’elles ont un signe astrologique et, en retour, l’astrologie va être profondément influencée. Tout juste après le krach boursier de 1929 et durant la montée inexorable du fascisme, les temps étaient-ils propices aux prédictions astrologiques ? Les horoscopes de presse étaient-ils meilleurs que ceux d’aujourd’hui ? Ont-ils annoncé la guerre mondiale imminente ? Replongeons-nous dans cette série d’événements surprenants mais, surtout, oubliés des astrologues eux-mêmes !

Un événement très attendu

Tout commence à l’été 1930 avec la frénésie précédant… la naissance d’un Royal Baby. Tous les journaux attendent cet événement synonyme pour eux de très fort tirage. Mais le contexte socioéconomique accentue la portée de l’événement. Neuf mois seulement après le grand krach boursier, cette naissance royale est aussi l’opportunité d’une véritable bonne nouvelle dans une période si noire.

Le rédacteur en chef du tabloïd Sunday Express, bien conscient de ces enjeux, doit aussi traiter l’événement sous un angle original. En effet, la princesse Margaret, petite sœur de la future reine Elizabeth II, a la mauvaise idée de naître le 21 août (un jeudi soir) alors que son journal ne parait que le dimanche : la naissance aura déjà fait deux fois les gros titres du matin !

Pourquoi ne pas proposer des prédictions sur l’avenir de la princesse ? Il contacte alors Cheiro, astrologue des stars et des puissants. Indisponible, son assistant Richard Harold Naylor saisit l’occasion, bien loin d’imaginer l’ampleur des événements à venir. Première surprise : l’astrologie n’a pas intégré la presse parce qu’elle se serait illustrée par ses réussites mais seulement pour susciter la curiosité.

Sunday Express, 24 août 1930

Sunday Express, 24 août 1930

Lire la suite