Une princesse, un crash, des morts : la naissance des horoscopes de presse (1e partie / 7) !

Comment les horoscopes, ces objets très improbables, sont-il apparus ? Quand ont-ils intégré la presse ? Il y a 80 ans, ils se répandent dans la presse populaire anglaise puis vont faire le tour de la planète. En quelques années, des millions de personnes découvrent qu’elles ont un signe astrologique et, en retour, l’astrologie va être profondément influencée. Tout juste après le krach boursier de 1929 et durant la montée inexorable du fascisme, les temps étaient-ils propices aux prédictions astrologiques ? Les horoscopes de presse étaient-ils meilleurs que ceux d’aujourd’hui ? Ont-ils annoncé la guerre mondiale imminente ? Replongeons-nous dans cette série d’événements surprenants mais, surtout, oubliés des astrologues eux-mêmes !

Un événement très attendu

Tout commence à l’été 1930 avec la frénésie précédant… la naissance d’un Royal Baby. Tous les journaux attendent cet événement synonyme pour eux de très fort tirage. Mais le contexte socioéconomique accentue la portée de l’événement. Neuf mois seulement après le grand krach boursier, cette naissance royale est aussi l’opportunité d’une véritable bonne nouvelle dans une période si noire.

Le rédacteur en chef du tabloïd Sunday Express, bien conscient de ces enjeux, doit aussi traiter l’événement sous un angle original. En effet, la princesse Margaret, petite sœur de la future reine Elizabeth II, a la mauvaise idée de naître le 21 août (un jeudi soir) alors que son journal ne parait que le dimanche : la naissance aura déjà fait deux fois les gros titres du matin !

Pourquoi ne pas proposer des prédictions sur l’avenir de la princesse ? Il contacte alors Cheiro, astrologue des stars et des puissants. Indisponible, son assistant Richard Harold Naylor saisit l’occasion, bien loin d’imaginer l’ampleur des événements à venir. Première surprise : l’astrologie n’a pas intégré la presse parce qu’elle se serait illustrée par ses réussites mais seulement pour susciter la curiosité.

Sunday Express, 24 août 1930

Sunday Express, 24 août 1930

Le dimanche 24 août paraît ainsi l’article « Ce que les étoiles présagent pour la nouvelle princesse« . Se justifiant par l’ancienneté de la tradition astrologique, Naylor propose pêle-mêle des traits de caractères et des prédictions qui, suffisamment vagues, tombent parfois juste, parfois non. Elles ne ressemblent en rien, pour l’instant, à ce que seront les horoscopes.

Née sous le signe du Lion, il annonce « logiquement » un destin royal à Margaret, c’est pourtant sa sœur  qui règnera plus longtemps encore que son illustre grand-mère, la reine Victoria. Elizabeth II vient en effet de fêter ses 64 années de règne.

0 WC Queen_Mary_with_Princess_Elizabeth_and_Margaret

La reine Mary et ses deux filles, Margaret et Elizabeth.

A cause d’Uranus, « la princesse sera non conventionnelle » et il est vrai qu’elle sera surnommée plus tard « la princesse rebelle ». Margaret sera-t-elle « dirigée par ses sentiments » ? Elle aura en effet de nombreux amants, ce qui semble confirmer la prédiction mais… en contredit une autre : selon Naylor, elle sera « un modèle, une véritable madone ». Il prévoit aussi, vers ses 7 ans, « un événement familial très important » ; son père montera effectivement sur le trône quand elle aura 6 ans. Toutefois, son mariage prévu pour sa 24e ou sa 26e année ne sera célébré qu’à 30 ans.

Comme souvent, en astrologie, la question des prophéties auto-réalisatrices se pose ici. La renommée de Naylor sera telle qu’il est presque impossible que, tôt dans sa vie, Margaret n’ait pas pris connaissance de ces prédictions. Dans quelle mesure, alors, la jeune princesse sera-t-elle inspirée, donc influencée, par ce texte publié en l’honneur même de sa naissance ?

Naylor propose aussi des prédictions mondiales qui, prises hors contexte, sont vraiment extraordinaires. Il annonce en effet, plusieurs années avant l’avènement d’Hitler au pouvoir : « à tout moment, un déclenchement soudain d’activités révolutionnaires peut être attendu en Allemagne, il est plus que probable que la dernière semaine de septembre voit des développements notables dans cette direction« . Les astres annonçaient-ils la montée de la haine ?! C’est oublier que l’ascension d’Hitler a commencé bien avant la fin des années 30. Nous avons ici un cas typique de « prédiction astrologique réussie »… tant qu’elle n’est pas replacée dans son contexte historique !

Car Naylor publie cette prédiction le 24 août 1930 en sachant très bien que des élections législatives auront lieu trois semaines plus tard en Allemagne. Il sait aussi que la campagne électorale a été marquée par l’intense propagande nazie (orchestrée par Goebbels et Darré) et connait les violences déjà commises par le bras armé des nazis, les S.A. Sa prédiction relève plus de l’anticipation que de la prévision à proprement parler.

En général, les « prédictions astrologiques réussies » n’annoncent pas des événements totalement inattendus. Elles anticipent plutôt le déroulement à venir de chaînes d’événements qui sont déjà commencées. En astrologie, la question du feeling de l’astrologue est primordiale et, en termes de biais, cela change tout.

Montrant un certain sens de la flatterie, Naylor s’adresse aussi aux lecteurs : « la princesse partagera certaines caractéristiques de base communes à toutes les personnes nées dans ce mois, elle est donc en un sens la cousine astrologique de tous les lecteurs du Sunday Express dont l’anniversaire tombe à la même date« . Les caractéristiques alors énoncées pour le Lion astrologique ne sont, bien-entendu, que positives : « loyauté, fierté, forte volonté et nature intensément affectueuse ». Faut-il vraiment être Lion pour se reconnaître dans cette liste ? Et puis, en cette période difficile, donc dévalorisante sur le plan personnel, n’y a-t-il pas là des mots qui redonnent de l’énergie ?

Le Lion zodiacal (période médiévale)

Le Lion zodiacal (période médiévale)

Des prédictions plus personnelles, mais toujours positives, sont aussi lancées : « du 27 août, vous trouverez la vie romantique« . Aux personnes nées début juillet, il annonce même ce qu’elles attendent toutes, à peine neuf mois après le krach : elles « entrent dans une bonne période, l’argent arrive » !

L’accueil de l’article va bien au-delà des espérances du Sunday Express. Le courrier des lecteurs est énorme et réclame plus de prédictions ! En conséquence, l’hebdomadaire organise une publication exceptionnelle pour le 31 août. Chose surprenante, les natifs n’y sont pas regroupés par signes astrologiques mais départagés entre ceux nés avant ou après le 23 septembre. A l’époque, personne ou presque ne connait son signe astrologique ! Naylor aurait distingué, sinon, entre les deux derniers décans de la Vierge (avant le 23) et le premier de la Balance (nés après).

Les articles « Êtes-vous né en septembre ? » et « Êtes-vous né en octobre ? » (qui paraît le 5 octobre) lancent de nouvelles prédictions. C’est à partir de là que tout va s’emballer.

Naylor y annonce qu’un aéronef britannique sera en danger entre le 8 et le 15 octobre. En effet, le ballon dirigeable britannique R101 s’écrase le jour même de la publication de la prédiction ! Près de cinquante personnes périssent carbonisées. Parmi elles, le ministre britannique de l’Air et le vice-amiral de la Royal Navy !

Le R101 s'écrase près de Beauvais dans la nuit du 4 au 5 octobre 1930 !

Le R101 s’écrase près de Beauvais dans la nuit du 4 au 5 octobre 1930 !

Deuxième partie (cliquez ici) : Le jour de gloire !

A suivre : la grande notoriété de Naylor (3e) ; la concurrence s’organise et le 1e horoscope (4e) ; réception par l’astrologie savante (5e) ; la guerre aura-t-elle lieu ? (6e) ; la valeur générale des prédictions et les circonstances du succès (7e).

© Serge Bret-Morel

Pour en savoir plus
Astrologie : la fin des mystères, éditions Mensa France, 2016, chapitre 2.

Autrefois astrologue, maintenant membre actif de l’association sceptique Observatoire Zététique, titulaire aussi d’un master en histoire et philosophie des sciences, Serge Bret-Morel travaille depuis plus de dix ans sur la question de l’analyse critique de l’astrologie.

Publicités