Origine des horoscopes en France (oubliez tout ce que vous avez imaginé)

Les grandes lignes de mon enquête sur l’origine des horoscopes de presse en France sont en ligne : oubliez tout ce que vous avez pu imaginer sur le sujet, c’est bien plus sur-réaliste encore !

Quel est l’intérêt de traiter un tel sujet ? C’est l’objet du premier slide de la conférence, vous verrez que le sujet pose de nombreuses questions et permet de mettre en avant une escroquerie à grande échelle et même, probablement, internationale. De nombreux fakirs et « professeurs » sévirent dans les années 30 en escroquant des millions de Français. Tout ceci se termina par deux séries de grands procès.

Les astrologues ont-ils profité de l’activité de ces escrocs qui utilisèrent les portraits des signes astrologiques comme technique d’amorçage ? Le premier horoscope signe par signe est-il la dernière technique de manipulation de l’époque imaginée par Wallace Elroy en 1937 ? A quelques mois près, a-t-il copié l’idée sur l’anglais Naylor dont nous avons déjà présenté les conditions discutables dans lesquelles il devint célèbre quelques années avant de créer ou recréer ce format ?

Un grand merci aux Skeptics In The Pub pour l’invitation, c’est toujours un plaisir de monter à Bruxelles.

Le plan de la conférence est le suivant (liens sous la description de la vidéo) :

La vidéo ci-après :

Lire la suite

Publicités

Quand les horoscopes avaient échappé aux astrologues (XIXe siècle)

Il y a presque un an et demi, j’ai voulu retrouver les tout premiers horoscopes de presse en allant vérifier les sources de la seule étude qui y consacre un chapitre. Le retour des astrologue, enquête-diagnostic (lien 1) dirigée par Edgar Morin et Claude Fischler fut publiée à la fin des années 60 et rééditée 10 ans plus tard sous le titre La croyance astrologique moderne, diagnostic sociologique, (lien 2). Mais ce qui devait être une simple vérification de sources s’est mué en une véritable enquête, jalonnée de plusieurs rebondissements. L’étude renvoyait aux années 30 mais j’ai pu, finalement, remonter beaucoup plus loin.

Et me suis très vite heurté à une difficulté inattendue. Lire la suite