Signes et constellations : un drôle de poisson d’avril (2022) chez Numérama

Le 1er avril dernier (2022), le site internet Numérama a mis en ligne un article reprenant en partie le contenu d’une vidéo publiée, cette fois, sur leur chaîne YouTube : NOUVELLE LUNE sous le signe du BÉLIER : ça veut dire quoi ?

C’est un de mes contacts (merci Frédéric !) qui me l’a signalée et elle est conçue comme un 1er avril puisque la présentatrice simule des prédictions astrologiques qui (il est vrai, malheureusement…) sont à lire ici et là à chaque nouvelle lune.

C’est l’occasion pour elle de parler des phases de la lune mais, surtout, de la (traditionnelle) question astrologie – astronomie.

Mais, en visionnant cette vidéo, j’ai malheureusement compris que le poisson d’avril se situait moins dans les prédictions (pas si) parodiques que dans la prétention de proposer une vidéo sérieuse sur le sujet. Car elle est truffée d’erreurs. Toujours les mêmes (pour ceux qui connaissent mon travail).

J’ai donc réagi en postant un long commentaire sous leur vidéo mais comme je ne suis pas sûr ni qu’il sera lu ni qu’il sera pris en compte, ni non plus s’il restera sous la vidéo, je préfère le recopier ici car le sujet est en effet très intéressant. Je le sais puisque j’ai failli lui consacrer trois parties dans trois ouvrages différents (les fils vert, bleu et rouge, pour ceux qui connaissent mon travail).

J’ajoute quelques schémas pour illustrer ma réponse.

J’espère que Numérama tiendra compte de ce contenu et, même, reverra sa copie car, à mon sens, c’est une bien mauvaise information astronomique qui est délivrée là.

Voici mon commentaire, tel qu’il est sous la vidéo en ce 3 avril 2022.

Lire la suite

Histoire de l’astronomie : Kepler et le plan de l’orbite de Mars

En général, on retient de l’astronome Kepler (1571-1630) ses trois lois démontrant que

  • les planètes orbitent sur des ellipses autour du Soleil,
  • à des vitesses qui varient selon la distance à notre étoile
  • en des temps qui dépendent mathématiquement de la taille de leur orbite.

Mais l’un des premiers succès de Kepler est « simplement » celui de la détermination du plan de l’orbite de la planète Mars, jusque-là bien mystérieux pour tous les astronomes qui l’ont précédé. Loin de ses grands succès à venir, ce résultat fut produit juste avant la mort de Tycho Brahe (1546-1601).

Comme vous le constatez, nous allons traiter cette fois-ci d’histoire de l’astronomie ! En ce temps-là, presque 60 ans pourtant après la publication de Copernic, l’expression « physique céleste » est encore inimaginable…

Lire la suite