Signes et constellations : un drôle de poisson d’avril (2022) chez Numérama

Le 1er avril dernier (2022), le site internet Numérama a mis en ligne un article reprenant en partie le contenu d’une vidéo publiée, cette fois, sur leur chaîne YouTube : NOUVELLE LUNE sous le signe du BÉLIER : ça veut dire quoi ?

C’est un de mes contacts (merci Frédéric !) qui me l’a signalée et elle est conçue comme un 1er avril puisque la présentatrice simule des prédictions astrologiques qui (il est vrai, malheureusement…) sont à lire ici et là à chaque nouvelle lune.

C’est l’occasion pour elle de parler des phases de la lune mais, surtout, de la (traditionnelle) question astrologie – astronomie.

Mais, en visionnant cette vidéo, j’ai malheureusement compris que le poisson d’avril se situait moins dans les prédictions (pas si) parodiques que dans la prétention de proposer une vidéo sérieuse sur le sujet. Car elle est truffée d’erreurs. Toujours les mêmes (pour ceux qui connaissent mon travail).

J’ai donc réagi en postant un long commentaire sous leur vidéo mais comme je ne suis pas sûr ni qu’il sera lu ni qu’il sera pris en compte, ni non plus s’il restera sous la vidéo, je préfère le recopier ici car le sujet est en effet très intéressant. Je le sais puisque j’ai failli lui consacrer trois parties dans trois ouvrages différents (les fils vert, bleu et rouge, pour ceux qui connaissent mon travail).

J’ajoute quelques schémas pour illustrer ma réponse.

J’espère que Numérama tiendra compte de ce contenu et, même, reverra sa copie car, à mon sens, c’est une bien mauvaise information astronomique qui est délivrée là.

Voici mon commentaire, tel qu’il est sous la vidéo en ce 3 avril 2022.

Lire la suite

Conférence : lecture numérique du ciel (Saint-Priest, 69)

[Ajout : un article paru dans le Progrès du matin]

article-le-progres

Je serai le 19 octobre à 18h30 à l’artothèque de Saint-Priest (69) pour donner cette conférence qui portera à la fois sur l’histoire des constellations et mon travail d’auteur via la question du numérique.

affiche-saint-priest

———–

Présentation :

Dans le ciel nocturne, bien malin qui peut définir les limites des constellations à l’œil nu, les premiers observateurs du ciel n’y ont pas réussi. En écho au thème de la fête de la science 2016 (le numérique, 8/16 octobre), on répondra à la question « dans quelle constellation situer un astre ? » en utilisant le logiciel d’astronomie Stellarium. Ce sera l’occasion de visualiser à la fois les constellations astronomiques et les signes astrologiques mais aussi les astérismes, ces antiques moyens de balisage du ciel.

La rencontre sera l’occasion de retracer l’histoire des constellations et se demander pourquoi et comment elles ont été délimitées officiellement en… 1930 seulement (par le français Eugène Delporte) afin d’harmoniser les différents catalogues d’étoiles des astronomes du monde entier. Pourquoi si tard et pourquoi ont-elles des formes si inattendues ?

Lire la suite